Accueil

Publications

Bibliographie

 

... Comment je mystère le monde ...

 

Peinture de Florence Barbéris

 

La blouse de bleu de peine

de Thérèse Bonnétat
Inédit ( Septembre 2006)

Dans l'atelier ,
elle a vêtu sa blouse blanche.
Devant la table de travail.
Avant le travail.
Elle commence,
prépare,
s'applique au geste.
C'est grave et c'est aïgu comme une lame de couteau,
une façon bien à elle de moduler
les blancs de neige et gris de peine.
La plaque est sombre.
Elle cherche avec la main,
saisit
le filet de lin.
A témoin, la terrasse immobile, derrière les vitres...là où se glissent
brins d'herbe et tiges,
se juxtaposent
des impressions
sur fond de saison.
Au fond du jardin,
elle dilue l'infini
d'une encre.
On peut deviner le rouge carmin d'une tarlatane
dans un recoin.
Le buste droit, je la vois toucher des yeux
une ligne en creux, puis une autre.
Reflet des flacons dans le miroir.
Un mouvement arrête mon regard au bord de l'écume de l'encre, après la caresse du lissage.
Lorsque d'un revers, elle essuie le trop plein sur sa blouse blanche,
tanne le tissu d'une nouvelle écorce, trame une nouvelle peau.
Encore plus ténue.
Une épaisseur.
Pour longtemps encore.
Dans le sillon du temps.
Juste avant l'épreuve.
C'est ainsi qu'elle se couvre de bleu de peine.

 

 

 

 

 

Lecture à l'atelier
chez Florence Barbéris
le 29 Septembre 2006
à 19 heures

dans le cadre des ateliers portes ouvertes des Quatre Saisons de l'Art à Aubais(30)